đź”´ Bobby Lashley explique pourquoi The Hurt Business n’est pas la Nation of Domination, parle d’une possible confrontation avec New Day | Dresser son chien


Ă€ la mĂŞme Ă©poque l’annĂ©e dernière, Bobby Lashley enveloppait un angle qui le trouvait dans une situation romantique avec la femme de Rusev, Lana. Beaucoup ont gĂ©mi collectivement sur ce que nous pensions ĂŞtre une utilisation Ă©trange d’une superstar de la WWE qui a toujours Ă©tĂ© considĂ©rĂ©e comme la machine de dĂ©molition ultime. Cependant, la lĂ©gèretĂ© de cet angle a finalement contribuĂ© Ă  pousser Lashley dans la position qu’il occupe actuellement en tant que champion des États-Unis et faisant partie de l’une des factions les plus bien Ă©tablies de mĂ©moire rĂ©cente aux cĂ´tĂ©s du MVP, Shelton Benjamin et Cedric Alexander – collectivement connus sous le nom de The Affaires blessĂ©es.

PLUS: Edge parle de similitudes avec Roman Reigns et explique son moment Rocky

Alors que Lashley se prĂ©pare Ă  dĂ©fendre son titre amĂ©ricain Ă  Elimination Chamber (dimanche 21 fĂ©vrier Ă  19 h HE sur le rĂ©seau WWE) contre Keith Lee et Riddle dans un match Ă  triple menace, le muscle de The Hurt Business s’est entretenu avec Sporting News pour expliquer pourquoi sa faction n’a rien Ă  voir avec The Nation of Domination, ce que c’est de travailler Ă  nouveau avec MVP et l’idĂ©e d’un match pour le titre tout ou rien Ă  WrestleMania, oĂą The Hurt Business mettrait ses titres par Ă©quipe Raw tag et le championnat des États-Unis en jeu contre Le nouveau jour avec le champion intercontinental Big E.

Sporting News: Vous et MVP avez une histoire ensemble en dehors de la WWE. Qu’est-ce que ça fait d’ĂŞtre de retour ensemble Ă  ce stade de votre carrière respective en tant que The Hurt Business?

Bobby Lashley: C’est une explosion, mec. Probablement l’un de mes moments prĂ©fĂ©rĂ©s dans toute ma carrière parce que c’est rĂ©el. Il y a eu des angles avant que les gens ne croient mais celui-ci est authentique. MVP, Shelton et Cedric se sont envolĂ©s pour Denver, oĂą je suis, juste pour voir mon gars en costume. Il gèle ici! Mais ils voulaient venir ici et sortir ensemble. Les lutteurs ne font normalement pas ça. Ce sont mes amis. Je connais MVP depuis peut-ĂŞtre 18 ans maintenant. J’ai connu Sheldon Ă  l’universitĂ© quand nous nous sommes battus les uns contre les autres. Nous nous voyons tous en CĂ©dric et nous avons beaucoup de connaissances que nous lui transmettons.

Une fois, CĂ©dric est entrĂ© dans le bâtiment et il avait son costume sur un cintre. MVP l’a arrĂŞtĂ© et a demandĂ© pourquoi son costume Ă©tait sur un cintre. Il avait besoin de le mettre parce que le costume est ce que nous sommes. Ce n’est pas un personnage que nous faisons juste Ă  la tĂ©lĂ©vision. C’est qui nous sommes. Nous sommes des professionnels.

SN: Lorsque la faction s’est rĂ©unie pour la première fois, les gens ont immĂ©diatement pensĂ© que c’Ă©tait la seconde venue de la Nation of Domination. Qu’avez-vous pensĂ© en entendant cela?

BL: Ma première pensĂ©e a Ă©tĂ©: «Merci!» Mais ce n’est pas qui nous Ă©tions. Parce que vous voyez un groupe de gars noirs, certaines personnes les associent immĂ©diatement Ă  un autre groupe de gars noirs. J’adore ce que The Nation a fait, mais ce n’est pas du tout ce que nous faisons. Mais nous sommes totalement diffĂ©rents. Il ne s’agit pas de noir et blanc; nous sommes sur le vert et l’or. Nous sommes des voyous en costume parce que nous avons un style hardcore mais que nous voulons bien paraĂ®tre en le faisant. Nous voulions montrer une reprĂ©sentation diffĂ©rente des hommes noirs parce que nous n’avons pas vu cela. Nous sommes quatre hommes noirs professionnels qui peuvent vous dĂ©ranger. C’est de ça que nous sommes.

SN: Quand vous parlez de lutte amateur, que s’est-il passĂ© lorsque vous avez dĂ» changer de carrière?

BL: J’Ă©tais dans une banque qui s’est fait voler et j’ai dĂ» plonger pour me mettre Ă  couvert pour Ă©viter les coups de feu et me fendre le genou.

La lutte est folle après l’universitĂ©, car qu’allez-vous faire après? MĂŞme si vous allez aux Jeux olympiques, vous cherchez beaucoup de dĂ©vouement sans argent. Cette blessure m’a obligĂ© Ă  ne mĂŞme pas essayer. Et avec les Jeux olympiques tous les quatre ans, est-ce que je me mets sur les tablettes pendant encore quatre ans? C’Ă©tait une dĂ©cision cruciale pour moi. Voulais-je me mettre Ă  travers tout ça? Ă€ un moment donnĂ©, vous devez commencer la vie. J’ai eu la chance de ne mĂŞme pas avoir Ă  prendre cette dĂ©cision parce que j’ai reçu une offre bien plus grande que toute autre chose lorsque la WWE m’a appelĂ©. Quand une porte s’est fermĂ©e, une autre s’est ouverte. Cela m’a permis de m’entraĂ®ner pour ma mĂ©daille d’or olympique en jouant tous les jours.

SN: Pensez-vous que votre destin en tant que lutteur professionnel était prédéterminé?

BL: Absolument. Et c’est pourquoi quand vous me voyez Ă  l’extĂ©rieur du ring – oĂą je suis toujours en «Kill Mode» – je ne suis jamais de mauvaise humeur. J’apprĂ©cie tout. Des choses vraiment embarrassantes m’arrivent Ă  la tĂ©lĂ©vision mais j’ai pu rire de moi-mĂŞme. Les critiques disent ce qu’ils disent et je ris avec eux parce que j’aurais ri de moi aussi. Je suis trop haut sur les points positifs pour penser aux nĂ©gatifs.

SN: Quand vous parlez d’embarras, vous devez parler de votre triangle amoureux avec Lana et Rusev. Que pensez-vous d’ĂŞtre dans cet angle?

BL: C’est arrivĂ© si vite. Quand on m’a prĂ©sentĂ© ça, on m’a dit quoi faire et … (gĂ©missements). Je n’en ai pas compris l’ampleur. Mais la seule chose que je savais, c’est que je faisais quelque chose de diffĂ©rent. Et vous pouvez dire ce que vous voulez Ă  propos de Lana, mais elle Ă©tait engagĂ©e Ă  100% et investie dans ce personnage. Je me sentais mal Ă  l’aise de le faire. Je suis toujours en mode combat mais c’Ă©tait bien de me sortir de ce mode. Mais j’avais besoin de me dĂ©tendre et de m’amuser avec. Je me suis dĂ©tendu parce que je savais que nous essayions de divertir les gens. J’ai compris cela, mĂŞme si Ă  l’origine je n’aimais pas l’idĂ©e et que je me suis retrouvĂ© cool avec elle. Ce n’est pas confortable pour moi mais j’ai compris la leçon qu’on m’enseignait.

SN: Après cet angle, The Hurt Business commence Ă  se former lorsque MVP se prĂ©sente au Royal Rumble. Saviez-vous qu’Ă  son retour Ă  la WWE, vous travailleriez Ă  nouveau?

BL: Ouais, parce que je lui ai dit que nous le serions. Au dĂ©but, ça passait dans une oreille et sortait dans l’autre mais il Ă©coutait. Il est comme un mĂ©lange entre The Rock, Don King et Suge Knight. Je voulais qu’il revienne ici pour que nous puissions courir ensemble, puis nous avons commencĂ© Ă  le mettre ensemble. Mentalement, j’y ai pensĂ© pendant des annĂ©es si et quand il revenait Ă  travers ces portes de la WWE. Cela s’est finalement transformĂ© en The Hurt Business et nous avons eu les composants avec Shelton et Cedric. Parfois, vous devez croire en la croyance de quelqu’un d’autre en vous et c’est lĂ  que MVP en tant que porte-parole entre en jeu. Il est notre avocat car il ne fait aucun doute que chacun de nous pourrait diriger cette entreprise. Nous avions juste besoin de quelqu’un pour le dire Ă  tout le monde.

SN: Vous avez un match Ă  Elimination Chamber contre Riddle et Keith Lee, qui sont deux Superstars qui peuvent ĂŞtre considĂ©rĂ©es comme l’avenir de la WWE. Ils ont aussi des restes de vous dans leur style. Est-ce que c’est excitant pour vous de faire partie de ce match?

BL: L’avenir est prometteur. Ces deux types ont le potentiel de faire de grandes choses dans ce secteur. Mais c’est après ma retraite, bien sĂ»r. Ils ont de très bons matchs mais je n’essaye pas de faire un bon match. J’essaye de les battre. Je vais attraper Riddle et battre Keith Lee avec lui.

SN: WrestleMania arrive. Y a-t-il un match avec quelqu’un que vous n’avez pas encore eu – contre qui serait-il et pourquoi?

BL: Ce serait un clone de moi-mĂŞme (rires). Il y a tellement de personnes diffĂ©rentes. Cela dĂ©pend vraiment de ce que veulent les fans. Si vous voulez un combat, donnez-moi Brock Lesnar. Si c’est un combat de rue, je vais affronter Drew McIntyre. Si vous voulez savoir qui est le plus gros chien du quartier, je prends Roman Reigns. Si vous voulez un naufrage, c’est parti avec Braun Strowman. Et si vous voulez un match technique, je vais passer avec AJ Styles et Seth Rollins. Je ne peux pas choisir une personne. Cela dĂ©pend simplement du type de match nĂ©cessaire Ă  ce moment-lĂ .

SN: Au Royal Rumble, vous et Big E avez eu un moment. Les gens ont rĂ©alisĂ© que vous deux n’avez jamais interagi sur le ring. Les mĂ©dias sociaux bourdonnaient Ă  cette possibilitĂ©. Évidemment, vous ĂŞtes tous les deux champions sur deux spectacles diffĂ©rents, mais seriez-vous intĂ©ressĂ© par un match titre contre titre Ă  WrestleMania?

BL: Vous savez, ce serait gĂ©nial d’avoir deux titres. Big E et moi sommes dĂ©libĂ©rĂ©ment restĂ©s Ă©loignĂ©s l’un de l’autre pendant si longtemps, mais je ne pense pas que nous puissions le faire beaucoup plus longtemps. Une des raisons est que nous avons les titres par Ă©quipe Raw et je sais que The New Day veut qu’ils reviennent. Donc, si Kofi Kingston et Xavier Woods viennent après nous et que Big E trouve un moyen de s’impliquer, c’est maintenant The Hurt Business vs The New Day. Nous n’avons jamais vu ce match.

SN: Vous ĂŞtes en pleine forme Ă  44 ans, mais fixez-vous une limite de temps lorsque vous dĂ©ciderez d’appeler cela une carrière?

BL: Il me reste encore un bon nombre d’annĂ©es sur mon contrat, mais c’est une de ces choses oĂą vous voyez des gars qui se sont battus trop longtemps et qui commencent Ă  tomber. Mais je dis Ă  mes proches que si vous me voyez ralentir et ramasser du pudge supplĂ©mentaire sur mon corps, Ă©cartez-moi et dites-moi. Parfois, nous ne voulons pas ĂŞtre honnĂŞtes avec nous-mĂŞmes. En ce moment, je me sens invincible. Mais si quelqu’un me dit que je ralentis, je vais me regarder. Mais, si je devais deviner, il me reste cinq ans.

Dresser mon chien

Chien Dressage Note moyenne : 4.8 (98%) sur 137 votes